Les formules

dans le calcul

Nous savons que nous pouvons calculer la valeur d’une notion à partir des valeurs d’une ou de plusieurs autres notions.

Le calcul de la valeur se fait par des formules à l’aide de fonctions.

Exemple :

Notion C = Notion A x Notion B (la fonction utilisée dans cette formule est la multiplication)

ou:

Surface = Largeur x Longueur

La formule est inscrite dans le champ « Expression principale » d’une notion que vous trouverez à trois endroits:

  1. la fenêtre « Calculations ». Cliquez sur une notion pour l’activer. Elle se trouve en-dessous des notions.
  2. le « Tableau des valeurs ». Cliquez sur le bouton  « Afficher / cacher le Tableau des valeurs » qui se trouve dans la barre à outils.
  3. la fenêtre « Propriétés de la notion ». Double-cliquez une notion et cliquez sur « Modifier ».

Voici un schéma qui montre l’utilisation de la formule pour le calcul de la surface.

Le champ « Expression principale »

Le contenu du champ « Expression principale » peut être

  1. un montant
  2. une formule
  3. un texte

mais l’inscription est soumise à des règles strictes (voir ci-dessous).

Exemple montrant ces 3 possibilités d’inscripion

Vous trouverez des montants dans les notions (cliquez sur une de ces notions et consultez le champ « Expression principale »)

  • A1 « Avion vide »
  • A2 « Essence (Litres) »
  • A3 « Pilote »
  • A4 « Passager »
  • A5 « Bagages »
  • C5 « Poids total maximal »

Vous trouverez des formules de calcul dans les notions (cliquez sur une de ces notions et consultez le champ « Expression principale »)

  • A2 « Essence »
  • B3 « Poids total »
  • C4 « Poids disponible pour le passager »

Vous trouverez un texte dans la notion (cliquez sur B5 et consultez le champ « Expression principale »)

  • B5 « Décollage autorisé » et « Avion trop lourd » qui sont affichés selon le poids total de l’avion.

Incrire un montant :

L’inscription se fait dans la fenêtre « Calculations » qui se trouve sous le schéma.

Incrivez le montant sans espace. Par exemple 2000000, mais n’inscrivez pas 2 000 000 ou 2.000.000.

Si vous inscrivez 2000000, le logiciel montrera 2 000 000 (avec espaces) dans la notion. Essayez dans le schéma interactif ci-dessus.

Pour inscrire une décimale, il faut utiliser le point. Par exemple : Deux virgule trente-cinq est donc inscrit 2.35 (et non 2,35). La virgule est utilisée pour séparer des arguments dans une fonction. Par exemple pour calculer la moyenne de 3 nombres :

AVERAGE (1.50, 10.011, -5000)

Inscrire une formule :

L’inscription se fait dans la fenêtre « Calculations » qui se trouve sous le schéma.

Rappelons qu’une valeur d’une notion peut être calculée à partir d’une ou de plusieurs valeurs d’une ou de plusieurs notions.

Les opérations de base sont l’addition (+), la soustraction (-), la multiplication (*), la division (/), le reste d’une division (%) (7%2 = 1).

L’exposant est écrit avec l’accent circonflexe « ^ ». Donc, dix exposant deux (10²) est écrit 10^2 dans une formule.

La racine carré est écrite SQRT(). Par exemple la racine carrée de cent (√100) est écrite SQRT(100) ou sqrt(100).

Les opérations de comparaison: =, <> (différent), <, >, <=, >=

Les opérations logiques sont intéressantes pour les conditions: AND(), OR(), NOT(), XOR(), par exemple la condition pour pouvoir calculer la densité est que le « Volume » et la « Masse » soient positifs: “AND(obj.volume > 0, obj.masse > 0)”

Mais vous pouvez utiliser une multitude d’autres fonctions. Essayez dans le schéma interactif ci-dessus.

Les fonctions disponibles sont dans une large mesure celles disponibles dans Excel. Voici une liste qui reprend ces fonctions de calcul. Quelques-unes de ces fonctions ne sont pas vraiment utiles dans LinkNotions, car elles s’appliquent à des domaines de cellules (par exemple A1 à B3). De tels domaines n’existent pas vraiment dans LinkNotions. Ainsi, dans Excel on pourrait utiliser la formule « SUM(A1:B3). Dans LinkNotions cela ne fonctionne pas. On pourrait cependant indiquer les notions l’une après l’autre. Donc, on peut écrire la formule « SUM(A1, A2, A3, B1, B2, B3). On peut également combiner des fonctions. Par exemple pour calculer la moyenne de deux sommes on pourrait écrire « AVERAGE(SUM(A1, A2, A3), SUM(B1,B2,B3)).

Voici une liste des fonctions disponibles en Excel.

Voici les fonctions les plus importantes avec un exemple de calcul dans LinkNotions.

Inscrire un texte :

L’inscription se fait dans la fenêtre « Calculations » qui se trouve sous le schéma.

Ce texte sera le plus souvent une information ou une décision. Par exemple : « Les montants sont très faibles » ; « Veuillez consulter un médecin » ; « Achetez le produit » ; « Augmentez la vitesse », etc.

Ces textes sont très utiles avec les conditions. Dans l’exemple ci-dessus avec la prise de décision du décollage de l’avion ULM selon son poids, la décision affichée dans la notion « Décision » (B5) est

  • « Décollage autorisé » si le poids total est inférieur ou égal à 450 kg
  • « Avion trop lourd » si le poids total est supérieur à 450 kg

Le texte inscrit peut être n’importe quel texte, mais il doit être présenté comme une formule évaluable, sinon vous aurez un message d’erreur.

Concrètement cela veut dire qu’il faut mettre le texte entre guillemets simples ou guillemets doubles. L’important c’est d’utiliser les guillemets simples et non les guillemets typographiques (que Word met d’ailleurs automatiquement).

  • ‘Ceci est possible‘ (c’est l’apostrophe qu’il faut utiliser)
  • ‚Ceci n’est pas possible‛
  • „Ceci n’est pas possible″
  • ″Ceci est possible″ (sur un clavier Swiss french, veuillez utiliser le shift+2).

Essayez dans le schéma interactif ci-dessus.

Pour référencer une notion dans une formule

Vous pouvez utiliser :

  • les références des notions
  • les numéros variables des notions
  • les numéros fixes des notions
  • les sous-noms pour formules (dans le cas de plusieurs valeurs dans une notion)

Voici le schéma avec le calcul de la surface d’un terrain qui reprend toutes les possibilités ci-dessus:

Les références des notions

(utilisez le schéma interactif ci-dessus en cliquant sur les notions et en modifiant les inscriptions dans la fenêtre « Calculations »)

Vous pouvez donner à chaque notion une référence que vous pouvez imaginer. Dans le cas du calcul de la surface, nous pourrions par exemple attribuer la référence « long » à la Notion « Longueur » (cliquez sur B5) et la référence « larg » à la Notion « Largeur » (cliquez sur B6).

La formule devient :

Surface = long*larg (cliquez sur B7 dans le schéma ci-dessus)

La référence de la notion est à inscrire dans le champ « Référence pour formules » (1) pour référer la valeur principale et dans le champ « Sous-nom pour formules » (2) pour référer un sous-nom d’une notion.

Remarque : La référence peut uniquement contenir des lettres (majuscules ou minuscules), des chiffres et le signe « _ ». Vous ne pouvez pas utiliser : é ; è ; espace ; …

Avantages de la méthode :

  • Vous pouvez choisir une référence très courte
  • Vous pouvez choisir une référence que vous saurez retenir facilement

Désavantages :

  • Il faudra retenir la référence ou aller la chercher dans la notion
  • Vous devez veiller à ne pas utiliser la même référence pour deux notions différentes.

Les numéros variables des notions

Le numéro variable est la place qu’occupe la notion dans le schéma. Comme, dans LinkNotions, vous pouvez déplacer les notions, ce numéro est nécessairement variable.

Dans notre exemple (si la Notion « Longueur » se situe en C4 et la Notion « Largeur » en C5), la formule devient :

Surface = C4*C5 (ou c4*c5) (voir la flèche dans le schéma ci-dessous)

Avantage : Méthode très facile

Désavantage : La formule n’est plus valable si vous déplacez une des notions de la formule. C’est la raison pour laquelle nous déconseillons cette méthode.

Les numéros fixes des notions

Dans notre exemple, la formule devient :

Surface = id3*id5 (id3 étant le nr. fixe de A4 et id5 celui de A5) (voir la flèche dans le schéma ci-dessous)

C’est la méthode que nous préférons et que nous recommandons. Elle est facile et rapide.

Dans LinkNotions, chaque notion se voit attribuer automatiquement un numéro fixe lors de sa création.

Donc : Si vous créez la Notion A, le logiciel lui attribue (par exemple) le numéro fixe id1. Ce numéro ne peut être modifié et reste attribué à la notion, même lorsqu’elle est déplacée.

Pour connaître le numéro fixe, il suffit de placer le curseur au-dessus de la notion. L’infobulle qui apparaît contient le numéro fixe. Vous le trouverez également dans la fenêtre Info de chaque notion.

Cette manière de référencement est également pratique parce que le numéro fixe est très court. Il est composé des deux lettres « id » et un numéro.

Les sous-noms pour formules (dans le cas de plusieurs valeurs dans une notion)

Dans l’image ci-dessous la notion « Terrain » (1) qui se situe en A2 a deux sous-noms « Longueur » et « Largeur » (2). Elle a également un sous-nom principal « Surface » (3).

La valeur (1000) du sous-nom principal est calculée à l’aide de la valeur des sous-noms (50 x 20).

Pour pouvoir référer les sous-noms dans la formule, nous devons attribuer à chaque sous-nom un sous-nom pour formules (référence) (4).

Nous avons attribué le sous-nom pour formules « long » au sous-nom « Longueur » et le sous-nom pour formules « larg » au sous-nom « Largeur ».

Pour référer un sous-nom d’une notion on doit référer la notion, suivi d’un point suivi du sous-nom court. Exemple: « id4.long »

La formule du sous-nom principal devient: id4.long*id4.larg (5). id4 est le nr. fixe de la notion « Terrain ».

Remarquons qu’au lieu du nr. fixe pour référer la notion « Terrain », nous aurions pu prendre son nr. variable (A2) ou sa référence « ter » (6).

Le registre d’erreurs

S’il y a une erreur dans une formule, le logiciel le signale : le registre d’erreurs vire du vert au rouge.

Image

Dans le champ sous le registre d’erreurs, vous obtenez des informations sur les causes de l’erreur. Dans le cas présent la cause est la division par 0.

« Impossible d’évaluer l’expression id1/id3 de Notion Notion C = A / B, valeur :. Code d’erreur : #DIV/0! »

Cliquez sur « Registre d’erreurs » pour obtenir le contenu de la fenêtre « Calculations »

Un autre exemple de type d’erreur est la référence circulaire. C’est le cas lorsque la notion A est calculée à l’aide de la notion B et la notion B à l’aide de la notion A.

Notons que chaque notion qui est référencée dans une formule dans d’autres notions doit avoir une valeur (montant ou texte), sinon le bouton registre d’erreurs vire au rouge.

Comme les explications données sont assez frugales, nous vous suggérons d’être prudent lors des inscriptions de vos formules et de recalculer après chaque petit pas. De cette manière vous savez que c’est au dernier pas (la dernière inscription) que vous avez commis une erreur.